Travaux pratiques en chèvrerie !

Les étudiants du BTSA Productions Animales du lycée Drôme Provençale ont trois élevages à étudier plus particulièrement au cours de leur formation. Les élevages : porcin, équin et caprin.

 

191115-1 191115-2 191115-3

Au niveau national, la région d’implantation de l’établissement est la 4ème région caprine et la 1ère région au niveau des productions de fromages fermiers. La Drôme arrive en 2nde position dans la région ! Il est donc assez aisé pour les étudiants tricastins de se déplacer dans un élevage afin d’y réaliser des travaux pratiques. Ainsi, tous les mardis matins, en demi-groupe les jeunes, accompagnés de leur enseignante, Julie Rambaud, se rendent dans un élevage caprin. A Mornas dans l’élevage de Condi, c’est  Florence Gaigne, l’éleveuse qui leur a fait partager son expérience. Les étudiants ont eu diverses informations, notamment en ce qui concerne l’alimentation des chèvres qui varie en fonction de la saison. Les étudiants ont ensuite pu prendre la mesure de ce métier qui nécessite une présence quasi constante. La traite par exemple, est un travail quotidien. Les chèvres doivent être traites dix mois sur douze ! Les élèves ont pu s’essayer à la traite manuelle. C’est une opération qui  demande une certaine dextérité ! Fort heureusement aujourd’hui de nombreuses exploitations pratiquent la traite mécanique !

 191115-4 191115-5  191115-6

Après avoir entendu les différentes explications sur les règles d’hygiène à suivre, les étudiants se sont essayés à la traite mécanique. Les animaux les attendaient sur le quai de traite. Les jeunes ont alors, à tour de rôle, placé le faisceau trayeur sur un trayon. Ce dispositif exerce une succion semblable à l’action du chevreau qui tète. La traite du troupeau en est facilitée et moins chronophage que la traite manuelle. Ces séances de travaux pratiques constituent des instants privilégiés au cours desquels les apprenants et les professionnels échangent et créent des liens. Certaines vocations naissent… Plus important encore, par ce partage d’expériences, les futurs éleveurs pourront s’installer en professionnels avertis, même si rien ne remplace jamais tout à fait l’expérience personnelle !