Manipulation d’animaux, en sécurité !

Dans le cadre des actions de prévention menées par la MSA Ardèche-Drôme-Loire, les étudiants de BTSA Productions Animales ont vécu une journée enrichissante avec Jean-Marie Davoine, mercredi 18 novembre 2015. L’intervention portait sur la contention et la manipulation des animaux.

181115-1 181115-2 181115-3

Fort de sa solide expérience de gardien de troupeau, Jean-Marie Davoine a développé des réflexions et des pratiques innovantes en ce qui concerne les méthodes de domestication des animaux d’élevage. Expérience et connaissances qu’il a partagées avec les étudiants tricastins au cours de la matinée. Les jeunes ont ainsi découvert différentes techniques afin que les animaux ne « s’ensauvagent » pas ! Les futurs éleveurs doivent être attentifs à la qualité de la relation homme-animal domestique. Celle-ci doit en effet être entretenue, car les animaux moins dociles peuvent être dangereux et difficiles à soigner par exemple. Une bonne relation entre les animaux et le troupeau facilite le travail et réduit les efforts à produire dans un métier déjà difficile physiquement.

Après un rappel des règles de sécurité à observer en tant qu’éleveur et de nombreux échanges, Jean-Marie Davoine a remis à chaque étudiant un ouvrage qu’il a coécrit sur le sujet. L’après-midi a été consacré à la mise en pratique des notions abordées le matin. Le groupe s’est rendu à Comps, sur l’exploitation agricole de Monsieur Raspail, éleveur de bovins laitiers. Les étudiants ont appris à se déplacer au milieu du troupeau sans créer de panique ; en se déplaçant dos à l’animal, à reculons ! Isoler une vache du troupeau par la position adoptée et le regard n’a plus de secret pour eux ! Quelques massages calmants aux bovidés et vient le moment des manipulations surprenantes ! La tête du ruminant est attachée dans un conditionneur afin de l’immobiliser. Les étudiants ont caressé le palais de l’animal afin de l’amener à déglutir, puis ont mis la langue sur le côté en enfonçant largement leur bras dans la gueule de l’animal. Cela n’a pas été fait sans onomatopées pour exprimer le dégoût de certains qui avaient leur tenue de travail pleine de salive ! Les éclats de rire ont été nombreux également !